Rate this post

La variété gastronomique du Laos en fait une cuisine originale et surprenante. Contrairement à celle des pays voisins, cette cuisine a toujours résisté à l’influence chinoise, mais est très pimentée ou aromatisée.

Les ingrédients des plats laotiens

Les laotiens mangent du porc, du poisson, de la viande de zébu, du canard ou du poulet. Ils mangent la viande de presque tous les animaux domestiques, qu’ils soient crus, hachés, frites, boucanés, marinés, séchés, conservés ou autres. L’un d’eux moins est toujours présent dans un plat. Souvent, les plats laotiens sont longs à préparer. Ils trouvent des dizaines de façons différentes pour cuire un même ingrédient, donnant jour à chaque fois à une recette toujours plus surprenante que ces précédentes. Les herbes aromatiques, souvent utilisées abondamment, sont très nombreuses et variées. L’huile de cuisson est presque toujours l’huile de noix de coco. Le Laos possède également ses propres condiments culinaires, dont le Pa derk, fermenté et conservé avec du piment dans une feuille de bananier. Le som pa ou le som mou est conservé de la même manière. Ces condiments sont respectivement à base de poisson ou de viande de porc, pétris avec du riz fermenté.

Les plats connus Lao

Le riz gluant ou Khao Niao est le plat principal à Laos et le symbole identitaire du pays. Il s’accompagne toujours d’autres plats, à l’instar des très connus plats qui seront cités ci-dessous :

Le Lap
Le Lap reste le plat le plus connu au Laos. Il est ainsi devenu un plat national et reste un plat de cérémonie traditionnel. Plusieurs déclinaisons de la recette du Lap existent, mais elles partent toujours sur une base soit de viandes crues, sois de poissons crus, de sang de canard ou de porc. Le Lap se mange tiède et cuit ou cru et froid. Les herbes, les piments, le sel, le citron ou autres condiments similaires sont grandement nécessaire à la réussite d’une recette de Lap. Parfois, le Lap devient apéritif ou amuse-gueule.

Le Khao poun
Le Khan poun fait également parti des plats connus, justes après le Lap. À base de nouilles de riz, on l’arrose d’un bouillon au lait de coco, puis on le cuit avec du porc haché ou du poisson. Des cacahuètes écrasées y sont rajoutés, avec des piments et des légumes émincés comme les pousses de bambou, les fleurs de bananier, le soja, la menthe ou la coriandre.

Tam mak houng
On dit que ce plat est plus connu que le lap. Il s’agit d’une salade de papaye très pimentée, baignant dans un jus de citron et dans du nampa ou sauce de poisson salé, auxquels on rajoute une pâte de crevette ou kapi, sinon du nampou ou pâte de crabe.

ô Lam
Le ô Lam est un délicieux ragout de viande très pimenté. Le Sakhane, une sorte de liane piquante permet d’en rehausser le goût afin de lui donner son originalité.

Barbecues
Pour les amuse-gueules et les barbecues, il y a le Sine Savan, fines lamelles de bœuf découpées en morceaux, après avoir été marinées dans une sauce pimentée, séchées et frites. Le Sine dats est une autre version de cette recette, qui par contre est cuite dans des feuilles de salade. Sinon, vous pouvez gouter au poisson grillé ou Pa ping, ou au poulet grillé ou Kai ping. Le jour des fêtes, on les mange découpés en dés puis marinés dans une sauce, ou avec du riz gluant. Toujours en petits morceaux, les Moks sont soit de la viande, soit du poisson cuit à la vapeur au lait de coco et parsemé d’épices dans des feuilles de bananier. L’alcool de riz ou Lao-lao est le plus prisé des boissons qu’on boit avec tous ces aliments.

Les laotiens aiment beaucoup les viandes et cherchent toujours de nouvelles saveurs en changeant la façon de les cuisiner et en puisant dans les divers arômes disponibles pour les parfumer. Partez à la découverte de ces goûts originaux, et découvrez également l’authenticité des plats sucrés et de tout le reste de la gastronomie du Laos.

Facebook Comments

comments